La pratique de l’euthanasie pose de plus en plus question

La pratique de l’euthanasie pose de plus en plus question
Un édito de Francis Van de Woestyne.

La pratique de l’euthanasie, dépénalisée en Belgique sous certaines conditions, pose de plus en plus question. Et l’extension, que l’on disait “nécessaire et urgente”, de cette législation aux mineurs, semble inutile : aucun cas n’a été enregistré depuis 2014

Edito van de woestyneMercredi, la Commission fédérale de contrôle a transmis son premier dossier à la justice. Cela signifierait donc que, sur toutes les euthanasies déclarées en Belgique en douze ans, une seule s’est déroulée en dehors des règles. Or il y a des éléments troublants qui émergent au hasard de confidences, de reportages, d’indiscrétions. Un chiffre, d’abord, semble curieux : 80 % des déclarations d’euthanasie sont rédigées en néerlandais alors que le pays compte quelque 60 % de Flamands. Qu’est-ce que cela signifie ? Que la pratique est plus largement répandue en Flandre ? Ou que les actes semblables commis au Sud et au centre du pays ne sont pas déclarés ? L’absence de déclarations indique-t-elle qu’il n’y a pas eu de passages à l’acte ?

Ce contenu a été publié dans Presse francophone. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.