L’euthanasie sans demander votre avis? Bienvenue en Belgique!

L’euthanasie sans demander votre avis? Bienvenue en Belgique!

Un article du Daily-Mail alerte sur l’inquiétant manque de contrôle des pratiques d’euthanasie en Belgique. Un constat que partage Joseph Junker qui souligne l’impunité de certains de ces actes infligés sans le consentement des victimes.

06-2015

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le contrôle de la pratique de l’euthanasie en Belgique n’en finit pas de faire parler de lui à l’étranger, et pas en bien.

Samedi dernier encore, le grand quotidien populaire britannique Daily-Mail (second tirage du royaume) publie un article dévastateur à ce sujet, alors que le débat sur l’euthanasie fait rage des deux côtés de la manche. La raison? La publication par le très sérieux Journal of medical ethics d’un non moins sérieux rapport académique sur la pratique de l’euthanasie en Belgique. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ses conclusions sont pour le moins inquiétantes pour les ressortissants du plat pays. Son auteur, le professeur Raphaël Cohen-Almagor de l’université de Hull ne mâche pas ses mots: «Les citoyens belges devraient être conscients de la situation actuelle, et savoir que leur vie peut en arriver au point où des médecins pensent qu’elle ne vaut plus la peine d’être vécue, et décider de mettre le patient à mort en l’absence de volonté contraire explicite». Un peu plus loin, le rapport gratifie la Belgique d’un assassin: «les barrières de sécurité prévues par la loi sont inadéquates et insuffisantes», tandis qu’un opposant à la loi ajoute Ceci démontre, si les faits exposés sont corrects, que l’euthanasie en Belgique et ailleurs est complètement hors de contrôle et cela explique pourquoi je m’opposerai aux propositions de lois déposées au parlement britannique».

Mais ces faits sont-ils corrects? Ce rapport scientifique n’est-il pas un peu alarmiste? L’euthanasie est-elle vraiment hors de contrôle en Belgique alors que ce pays vient de l’élargir aux mineurs? Une telle dérive, des euthanasies non-consenties seraient-elles donc possibles bien qu’un cadre légal existe pour indiquer précisément ce qui est permis et ce qui ne l’est pas?

Des affirmations en deçà de la réalité

Quand on creuse un peu la question, on est effaré de constater que ces affirmations ne sont pas seulement exactes, elles sont même en deçà de la réalité: ces euthanasies non-demandées seraient non seulement possibles en Belgique, mais elles ne seront tout simplement pas poursuivies et sont même revendiquées sans équivoque et impunément par leurs partisans comme la chose la plus normale du monde.

En février 2014, le professeur Jean-Louis Vincent, de la société de soins intensifs belge, publiait deux articles dans une revue scientifique et dans un quotidien belge de référence. Lequel article contient la phrase suivante au sujet de patients incapables d’exprimer leur volonté: «l’euthanasie non demandée dépasse très largement les quelques mille cas d’euthanasie qui sont enregistrés par an en Belgique. Soyons clair, il ne s’agit pas d’empêcher toute douleur (…) mais bien d’administrer des doses importantes de calmants pour précipiter la mort lorsque la qualité de vie est devenue insuffisante (…) ces interventions actives ne sont rapportées à aucune commission».

Il y a pourtant une différence fondamentale que semble ignorer le Pr. Vincent. Laisser mourir un patient en cessant l’acharnement thérapeutique ou commencer une sédation palliative (par exemple) ayant pour but de soulager la douleur et pour effet secondaire d’hâter la mort, ce sont des soins palliatifs. Administrer une dose létale de calmants avec l’intention délibérée de mettre fin à la vie, c’est l’acte qui constitue la ligne blanche entre soins palliatifs et euthanasie. Une frontière claire qui est expliquée et défendue (avec raison) dans maints séminaires de soins palliatifs, et dont le franchissement implique en Belgique le respect d’un certain nombre d’obligations légales, dont le consentement du patient et la déclaration de l’acte.

Or, résumons le contenu correspondant de ces 2 interventions du Pr Vincent en quelques mots: des euthanasies actives sont pratiquées en Belgique à l’initiative de «l’équipe soignante», sans qu’elles n’aient été décidées ni demandées par le patient voire même par sa famille (à laquelle on octroie cependant le droit d’être consulté). Tout cela sans même que cela puisse être justifié par un quelconque inconfort du patient! Qui, comment et combien, nous ne le saurons jamais car ces pratiques ne sont pas déclarées, pas contrôlées et donc encore moins encadrées.

Des contrôleurs militants et complices

Loin de vouloir remettre de l’ordre dans ces pratiques pourtant clairement illégales, l’un des douze membres de la commission de contrôle de l’euthanasie Mme Herremans (qui préside également l’ADMD, le principal lobby pro-euthanasie) s’en fait même le défenseur en allant témoigner en leur faveur en France au procès du Dr Bonnemaison. Les faits reprochés à ce médecin tombent pourtant tant en Belgique qu’en France sous le coup de la loi pénale! Or, au cours de ce procès, Mme Herremans n’hésite pas à affirmer que s’il fallait en Belgique juger tous les docteurs Bonnemaison, les cours d’assise seraient pleines. S’exprime-t-elle en tant que présidente de la commission de contrôle ou de l’ADMD? Nul ne le sait. Toujours est-il qu’elle tient un langage militant et sans équivoque, n’hésitant pas à taxer ses contradicteurs «d’intégrisme puant», à militer en faveur de l’élargissement de la loi et à promouvoir à travers son mandat un interprétation toujours plus souple des conditions de mise en œuvre de l’euthanasie.

Un autre membre proéminent de l’ADMD belge, le Dr Lossignol, avoue quant à lui «outrepasser l’avis des familles» quand le «dialogue est impossible». Comprenez quand la famille n’est pas d’accord. Quant au patient inconscient, «tout est fait pour son bien», ce qui est une manière de dire que sous réserve de bons sentiments, son absence de consentement importe peu.

Le mythe du contrôle de l’euthanasie

On ne peut hélas que donner raison à Mme Herremans sur son affirmation, puisque suivant un rapport de l’observatoire français de la fin de vie, 1,8% des décès belges meurent d’une euthanasie qu’ils n’ont pas demandée, contre 0,6% en France (où l’euthanasie est interdite). Le 7 avril 2012, Wim Distelmans, Président néerlandophone (et pro-euthanasie) de la commission de contrôle tentait d’expliquer pourquoi très peu d’euthanasies sont déclarées à la commission de contrôle du côté francophone (alors que c’est une obligation légale et que c’est indispensable pour en assurer le contrôle). Dans un grand quotidien francophone, il déclarait: «Les médecins disposent pourtant de la possibilité de faire légalement aujourd’hui ce qu’ils devaient faire clandestinement hier! Dans près de la moitié des cas, ils préfèrent la clandestinité.»

De tous ces échanges il faut retenir cette conclusion tout à fait horrifiante: l’euthanasie sans consentement du patient (juridiquement un meurtre donc) est possible en Belgique. Pire encore, elle se fait sous le radar, et une suspicion pèse sur les personnes chargées de contrôler la loi. Loin de la faire respecter, elles semblent encourager ces pratiques, et on a du mal à se détacher de la désagréable impression qu’elles évitent soigneusement qu’elles ne soient poursuivies. En plus de 10 ans, pas un seul de ces cas n’a été transmis au parquet, alors qu’un décès sur 60 serait la conséquence d’une euthanasie non demandée. Dans ce pays, l’encadrement l’euthanasie s’est avéré une chimère dangereuse et laissez-moi vous l’avouer franchement: j’ai peur.

Ce contenu a été publié dans Lu dans la presse étrangère. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.